Friday, July 3, 1914

Paris L Atro

Location: Paris, Ile De France

Page: 1

Other pages in this edition:

Who (or what) are you looking for?

Find old articles about anyone, in the World’s Largest Newspaper Archive!

Other Newspapers from Paris, Ile De France

Loading...

Other Editions from Friday, July 3, 1914

Loading...

Text Content of Page 1 of Paris L Atro on Friday, July 3, 1914

L' Aéro (Newspaper) - July 3, 1914, Paris, Ile De France -e ü 8 GEK I w 6* Année, -- N' 1.242. — Veniìredi 3 Juülct Dépôt Légal No. 1914 AVIATION - AUTOMOBILE - CYCLISME - TOUS SPORTS é DIRECTEUR ROGER SUE ABONNEMBNT8 Un tn Six mois — f FRANCE........;........... «Ofr. 18 fi». fiTRANOER (Union poiUIa) 3Ö fìp. 80 fl». ADMINISTRATION ET RÉOilé&TI(»I 2*0, Boulevaz'cL des Italiens, 83 PiVFlIS ^ tfl(PHniiF^ ( Prenitèra ligne: ¿53-61 Oeuxiëma ligne : ItLCrHUntO ( |ntep,,r5a¡„. 355» iprèsminuil: 143-9», 312-11 Adresse Téléarapülqae: AÉRONAL-PARIS DIRECTEUR ROGER SUE LE CONCOURS de (a Sécurité en Aéroplane LE RESULTAT DE LA u PREMIERE MANCHE » Le Grand Prix est réservé. — Deux prime« sont distritnées. — Sept « encouragements » sont attribués. c Les pouvoirs du ¡urij expirent le l" ¡uiUcl ii>i4, date de ciotuie au concours » au l'arU'Ci« du règKfiuent du concours organise par l'Union uo la sécurité en aero-pluae. C était donc très' •exactement mardi soir à minuit que prenait lin le fameux «loncours qui après avoir fait dépenser par Uin concuircnis des sommes énormes et quelque peu disproportionnées même aux recouipenses linaleuient distribuées, souleva tant do discussions et lit couler tant d'encre. Lundi matin les membres du jury délibérèrent longuement et en très grand secret, à tel point qu'en lin de séance il lut demandé aux otembres présents un a serment de discrétion » qui, avec les mesures matérielles de destruction de tous papiers fet Luvards traînant sur la table, montrait combien fut laborieuse la < distribution d et combien les membres du jury désiraient 'sc retrancher derrière l'autorité de VUnion qui devait, hier matin, homologuer ses décisions. i'.eâ décisions, nous les connaissons •»lia : i 1® Le Grand Prix de 400.000 francs est réservé... nous l'avions annoncé il y a longtemps déjà. 2" Deux « primes » seulement sont distribuées : • 50.000 fr. au stabilisateur gyroscopique Sperry. 30.0UO fr. au biplan Paul Schmitt. Donc, sur les GOO et quelques billets de mille que Ton présenta aux concurrents, 80 seulement ont été distribués suivant les indication« du règlement que nous a-vons d'àiUeurs suffisamment critiqué pour qu'il soit inutile de revenir là dessus. Mais avec les règlements, comme avec le ciel,- il est des accommodements. Et si les concurrents confiants dans l'article 3 de ce xèglement qui fixait à 20.000 francs le minimum des primes allouées s'étonnent tki voir tîguiteT daiis la c distribution des prix » des sommes très nolablei^nt inJé-rieui«s à ce minimum, c'est qu'il existait, paraît-il, à l'article 3 (quelle coïncidence) . des statuts de VUniorr, une clause permettant de donner des « subventions d'encouragement de valeur quelconque 5. Et cependant...^ d'après l'article 3, du règlement celle fois. < Le montant total des primes résultera des fonds mis à la disposition du iutij, après défalcation : f 1" D'un prélèvement sur les fonds jus- ?[u'ü concurrence de 5 0/0 pour couvrir les rais de VUnion et du jury ; 2° des 400.000 francs réservés au Grand Prix. » Mais alors... les a subventions s sont des primes... Et cependant elles n'en sont f»as... Le « distingo í, étant donnée la orme catégorique du règlement, semWe difficile à établir et les 51.000 francs dis-iribués sous ce titre, s'ils font partie des 600 et quelque mille annoncés, font partie de la réserve des primes indiquée au rè-gJemenl... à moins que ce ne soient des sommes < en surplus » ou qu'elles soient constituées par l'abandon des 5 0/0 de frais généraux ou. par un nouveau don à l'Union n'entrant pas dans la « manne s prévue au règlement du concours. Quoi qu'il en soit voiôi la répartition de «•s « encouragements » ; 15.000 fr. à l'aéroplane Caudron. lO.OOO fr. au stabilisateur Doutro. 10.000 fr.^ au carburateur Avioto. ^000 fr. au stabilisateur Etevé. 5.000 fr. à l'aérostable Moreau. 2.000 fr. au parachute Robert. 1.000 (r. au démarreur Philip)>c «t Fer- Lo bilan du concours s'établit /.>nc •insi : L.uiicurr«nt« inscrits : 5tt. l^aicurrenlH »'étant préticnlés : 21. CuiMcurrents ri^oniponK^s : 2. tl-mcurreut» ciicuuraxés : 7. i^aiwcs lifutribuéu» : 13i.<jO(J francs« On «erail Icntô ilo dii^, opr^n I«» rcfi ii-livM iii'iit iiioiidiul du com-nurH t U'Mix'mii)! ilti bruit puur |M}u ikt chuM) », «il 11 v u^uu dcH chofi'* i»lu* iffHxi'H. La ri'iliM'ti<»n »k-» «oiituit*« iti«iirtbu(^'''t «*t b'ur ftlr^iii«! tint' «ton. i:lio<M}« ahêntiiHfHl eonhtitu'i^ en iinu« •vutitli*, à IVsprtt «iiiii« (ut iii'^liiiH* k* UIMU ituii« H«t»n<» d^jù «lit cumt«i«it Tnii «éliiil #l«i|rH¿ (k) «4*t 4 e-» prit I inilial daMt k» f<MtrlH;tiiM*iH*>nt «lu «tMicuur« t|iti •%«tit tout lie ik*«ait pat iMr<* ««fIlIMPttit |MHir i|tt«> i'«»ti piii^«r t ^{unnrr d« iiott%«il« « «nturt« * a Uéfu ^«••1 «J^a cu«<upr«nls i|itê |m»u%«ih>iiI f«»tr« tu «Irvit «kt mériter Ui tn^ínirillain'« ét ri «tun. M A«Mil Iwut im appaiwtl, ki ««(il piéMIliaMl MIM» • • v^rikièl«- t • «iMi, a«»wi*|iM* «laiil üh UtftMl •!•« «iv« itti iiitMMa U •I av««! IM» «III««» <ié<n«iiilf# 4»« iiiMt^ léa m Ututm pM IM Mtf*« ikMMwea UMI« ««ti*« «i^i Le Tour de France 12* Année. — 28 Juin au 26 Juillet Émlle Engel enfève la troisième étape an sprint Une étape monotone Une. erreur de parcours.— La course neutralisée 45 minutes à Coutances. — La balade sous le soleil d'abord, sous la pluie ensuite. — 40 à Guin-gamp, mais 15 seulement à Morlaix, grâce aux démarrages de Buysse. — La lutte au sprint final. — Emile Engel vainqueur, sur (( Peugeot-Wolber tbys et Rossius touiours en tête du classement oénéraL LE CLASSEMENT DE LA TROISIEME ETAPE a. Emile E.NCEL, s m- bicyclette Peugeot, pneus Wôlber. 14 li. 58 m. 6 s. > 2. MoiTiAT, sur bicycletto Alcyon, pneus Soly, 14 h. 58 m. 6 s. • 3. M. Bwjsifc, sur bicyclclte Alcyon, pncas Soly, 14 h. 58 m. (i s. 4. Defravo. sur bicvolette .Mcyon, pneus Soly, 14 ii. 58 m. (i s. 5. PôlissiiM', sur bicyclette Pcufieot, pn:us \\oibcr, Il h. 5« m. 6 s. 5. Thys, sur bicyclette Peugeot, pneus Wolber, 14 II. 58 ni. G s. 5. Petit-Breton, sur bicyclette Automoto, pneus Contiaotita!, 14 h. 5S m. 6 s. 5. Lapizo. sur bicycletlo La Fiunçaisc, pneus Uutchiuson, i i h. 58 m. G s. 5. E Georiiet, sur bicyclette Peugeot, pneus Wolbei-, 14 b. 58 m. 0 s. 5. Brocco. sur bicycleUo Gladiator. pneus Dun- loD. ïi h, 58 m. (j s. 5. Tuytten, preniior isol-:', 14 h. 58 ni. 6 s. 5. Cooninns, sur bicyclottu Thoniann, pneus Soly, 14 11. 58 ri. G s. • 3. Rossiu,', sur bicycletto Alcyon, pneus Soly, 14 11. 58 m. 0 s. 14. Spiessens, sur bicyclotlo J.-B. Louvct, pneus Continental, 14 h. 58 ni. 53 s. 13. Eteman, en 15 li. 4 m. 9 s, 16. .Scieur, en 15 h. 4 m. 0 s. 1?. Louis Heus^Mioni, en 15 h. 4 m, 9 si* 18. Dejonghc, en 15 h. 5 m. 35 s, 19. Giraraenço, en 15 b, 5 m. 55 s. 20. L. Buysse, 15 h. 8 m. 2 s. 21. Fasoli, en 15 h. 9 m. 46 s.; 22. Egg, en 15 h. 13 h. 52 s., 23. Devroye, en 15 h. 15 m. 4 s.; 24. Tiberghion, en 15 h. 17 m. 58 s.; 25. Botte, en 15 h. 17 m. 58 s.; 2G. Garrigou, en tf» h. 18 m. 48 s.; 27. J. Alavoine, en 15 h. 18 m. 48 s.; 28. L'ambot, en J5 h. 19 m.' 43 s.; Gre mo, en 15 h. m. 23i a.; 30. Pratcsi, en 15 h. 23 m. 15 s. 31. Santia, en 15 h. 28 m. 57 s., 31. Degy, en 15 h. 28 m. 57 s.; 31. Luguet, en 15 h. 28 m. 57 s.; 31. Pelitjean, en 15 h. 28 m. 57 s.; 31. airi«lo-phe, en 15 ii. 88 m. "87 s.; 31.'Fnber, en 15 h. 28 m. 57 a. i 31. Monseui«, en 15 h. 28 m. 57 s.; 38. Baumicr. en'15 h. 34 m. 37 s.; 39. Ernest Paul, en 15 h. 41 m. 32 s.; 40. Munro, en 15 h. 43 m. ^ 41. Everaerts, en I5 h. 44 m. 46 s.; 42. Cas-siers, en 15 li. 44 m. 46 s-; 43. Ti'ousselier. en 15 h. 48 m 48 s.; 44. Borgûi ollo, en 15 h. 48 m. 48 s.; 45. Ménager, en 15 h. 48 m. 48 s.; 46. Nempon, en 15 li. 48 m. 48 s.; 47. Deloffre, en 15 h. 48 m. 48 s.; 48. Kirkham, en 15 h. 51 m. 43 s.; 49. Cuyot, en 15 h. 59 m. 42 s.; 50. Vugé en 16 ti. 4 m. 25 s. 51. Contesini, 16 li- 4 m. 30 s-: 52. Neffati, 16 h. 9 m. 3 .s.; 53. Verschoore, 16 h. 12 m. 5 s.; 54. Qiarron, 16 h. 12 m. 42 s.; 55. Dhers, 16 h. 33 m. 35 s.; 56. Léonard, 16 h. 34 m. 47 s.; 57. Van Weesberghe, 16 h. 36 m. 3.; 58. Morel, 16 h. 37 m. 41 s.: 50. Kippert. 16 h. 38 m. 32 s., 60. Alpini, 16 II. 38 m. 35 s.. Le classement des isolés 1. TUYITEN ....................... 2. Dejonglie ....................... 3. Botto, i. Kvcruerls, 5. Cuàsiers. IL M. S. 14 58 6 15 5 35 Le classement général I. 1. 3. з. 5. Ü. 7. 8. 9. 10. II. 12. 13. It I.V irt 17. 1« ÍM n. .'j ¿7 I i». I 11 ( J-' i 1:1 • Il и. p- il n» nossius sur Alcyon-Soly... li>er. Péhisiev TUY.S sur i|Vugo<jt-SVoll TLw IMi ou« »IMI I il**!! Isitl II 11 Mlif t ., A «i M N jwry ìm i tséiptsi li }ßtU9 m* »«liémiMw« «MMivlIvà, •• è «• m9 IMH» ««Hfl^M« tMllfkr »a|*ttt mhàm It* tewfeí*'«. . •tt« mßmiit** <l4 im ité f. m IMMi-ÜP» ^ f^"» »IM* mé pfémmèé t él4«t i»mè, « NM^éit •I mrntmmKM... «mim fém «Ir« êmmm:-^* Jgfé kù hm^^H»*«»»! Ki •teiiski é0*smi»m» • 91»« * Uà Jn apMitM «fui itiNl- l«iit vé pwiMl Jb Iftkuè ifH «M |»Al«t tli? «Mllfctft mmmt ti* t» •a tifllHII# Il Ml Milf« »m «M-iM.I. ^éimm* 9 v.in f^niriiHiit ii*.| «I p^ $itê§tn na^rfn ##f** mìnimi ém- ^WmtM tut vft ^MW JÉ ^Ifiißß iMh^ ^ M^ IfeNi 9mmi fi'ifUi II «Inhv: .«^m**^ R t E. Georgft . Défraye ..... Lapizo ....... Drniuii ..... L«« ......... Petit Breton . (JarrigOH ... J. Alavt.mo . h. Kngf^l ... .MoUiat ..... M. Buy.-) . .Sciour ....... •Spievi-'u-i ... KOIht ....... Kilsijii ....... im vn >.» .... «.hri.ittiiJi»' . I.(i. w II Hi)-' l..'llllÍH>t ..... ».irtirtl'-iii ' .. i^jy ........ IllIUlll'* t* ..... lini.' I I' • ÍIVHím ... |'«»|(lj,.t|H , n-'lr«. ..... I ii]i/iifl ,.. l'ila»« M .. lílwriííi «'U •Pillili ... II«-. ... lirjtKi^M I t)l'« U . 41 4t 41 4t i IL M.S. 40 32 » 4« 32 » ¥) 39 16 40 39 16 40 41 (¡ 40 49 53 40 58 13 40 58 23 41 1 13 1 1 55 5 3 7 21 41 12 47 41 13 50 41 15 M It 29 30 41 !» U M il 3M It '»I U IM il U\ .1 M 17 lo II 51 W U III \ì a U 5K h i 4á f 3.1 li ÎI tí IM li 4,' \S a M Ili asti M 4:1 Ml J5 ^ ti 41 U M kl M M 13 M» m kl • Jll lY p'apeillc fête. Mais les troupiers proposent et le directeur de la course dispose. Aussi à Coutances, à 70 kil. du départ, une auto placée en travers de la route, indiqua brutalement aux fugitifs qu'ils n'i^ ront pas plus loin. Malgré les règlements, la course est arrêtée, et une neutralisation d© 45 minutes est décidée pour permettre aux trainards de rejoindre un peloton qu'ils supposaient fort loin déjà... On prit donc les mêmes et on recommença..« Emile ENGEL vainqueur de la 3® é/apc, sur bicy^clella Peugeot^ pneus Wolter, Ce fut alors la bonne balado de santé, émaillée qù et là d© quelques courts démarrages et dont'la monotonie en fut coupée que par les crevaisons innombrables qui enlevaient presque à chaque littomètro quelques individualités du peloton. Néanmoins le groupe de tète comprenait encore 40 coureurs à Guimgamp à 120 kilomètres du but de l'étape. C'est après lé contrôle de celte ville que se produisirent les seuls faits notables de la journée. Etes démarrages incessants de Marcel Buysse, d<? Brocco et de Spiessens, du premier sur-^ tout, disloquèrent quelque peu le lot qiul se réduisit à 15, puis ù 14 unités ensuite, ce qui était beaucoup trop encore. Do Morlaix ii Brest la pluie faisant rage et nos coureurs se trouvant en trop bonno compagnie, aucun ne chercha à faire cavalier seul. On fonça rapidement vers le but sans chercher à jouer la « fille de l'air » comme avait voulu le faire l'a veille ce petit e^iègle do Brocco. La victoire so disputa donc au sprint, et chacun ,rentra sous sa tente, pardon dans sa chambre d'hôtel, heureux du devoir accompli. Ceci revient A dire qu'on en arrive 5 souhaiter le« e.\cès de la température, le mauvais état des routes, et... les coups de tête comme celui de Brocco, il y a trois jours, pour donner ù la course son allure de bataille écheveléo qu'on voudrait lui voir prendre 6 chafpie étape. Hier, la pluie a ralenti l'ardeur de nos routiers et la perspective <Ie grosse.s difficultés prochaines a cci!mé leur enthou-siasn>e. Bn réfléchis.sant bkMi, et .sans les louon-ger pour celii, peut-on bien les blAmer »le êo réserver ((uelque peu, surtout lorsqu'il ne semble pas qu'il y ait pour eux, pour le moment du moiuö, péril en la demeure ? Ijo vaillant Emile Kngel so trouve enfin à rtioiHifur «t eu vicitiire »«ra partout cu^'illie avec joie, c';)r le jeune cruek d«J « lViitrcol-Wolb**r » <wt un dfs coureiir.t le« pluA énergique)! «t le« mieux doué$ «luo UUUH H>on)i. Ce Iwl athl«>t« «pii j<»int nux qualité;! «lu ftpriutiir uno ardeur cl un cinirMye à Inula épreuve, ««t un tie nu4 uMilUur« eupoirH, uiiMi bien pour tr« gruiHlei b«taiittt4 dt« bi ruulc qu« pour l«<4 lutt«« d* la pule »ui km loiiiriH'« üiktitm'r'4. Hwiil« kiiif«l »rrail pi'ut élr«« iiulr« iwil-Uiir ruulK-r » il u étuil r» (irunî à clmqiH* €'mr'*o ù un« lorril*!« d^failhtiic«« iur»i)»i tt •ttt'iHt k «»p tk* kil. M«i« I Kuoim«? ¡1 du cuiirtttft* á fo%«<ii<>r« «^t l*r»4|u il «<il {wr-»«■nu à M» r«'%*iii'»ir il «••I tkmîrrrvni« puuf kn itiriH«ur». c«r H »«trt alvr* A «tit««^ Mirr«, «uf k p>»t**.iii, uii ■prutl ili Mrtm^ gart^Uo, pour «mpluy«r 1« langiMi «lu lri««Ni Kluili'ui d'infp à ViUffUMir«, »Iri. r.t iiui« m «l*p* ik «Ml àU. Elli«l ttm «WlPIItl il p«« li Immému i|m il m Nf« wr k* tr<»|* i*afii*« f t êkm • «ü 9mm» éma^ tém» Fmêéfse»! <i<êi «m^ »^«11 nultm éè Il»«f9 mt% lit Mt^^ mm» m (rauM iM nM^t Irmiêm ta ^ mM * ét m êÊ»^ L* *« piNilMii é* f IViiffii4 W«llwf fttlioK« d HM krriM* 4*Î*1IWmi# étm im *r««iééH» iMImIUM« «|tit Ni K^mtUm m liiMi»!«« «i* nfl«r4 «t |íI«é# »k 19*, ^ l 'è. ^m&H é^n éfmmiÊm ^má C^mm^'-^''^ It*-» iHât mm lî »nf^t^r«, «.'mim^ * k^wi m rm vi«»» lü li dviiiá» »«> ^^màm mmm 'm iM MtA« I àù IM» • «M» 0mm ^ it ««wiNb iHrt*-t ir«-t>«r*j( km mm ^imèmfê ii'ii*i»>ii rtmsiNt Ihïf, lèi .Ili 1*«" ^ ■»•«> 4»! P»*, iV M» A> r li! ttH4 m tN»lt'- f. MM.- »îifc^l«!-* H*'!»!- > ll*jk Jiié im • «t^itfia «•*« ù, lui aussi, l'honneur de figurer dans le groupe de tête. Ia fine bicyclette hleu ciel et le souple Soly se sont comportés superbement suites róutes bretonnes et ils ont l'un et l'autre donné pleine satisfaction à leurs pro-prié^ires, messieurs les chevaliers do la noW« Belgique. Brocco, le vaillant Brocco, qui accomiplit dan§ la deuxième étape l'exploit que l'on sait, (conduit à i'honneur la a Gladiator-Dunlòp ». L'un et l'autre mérifaient grandement do voir leur qualité confirniOe par le succès. Le sympathique et populaire Pclil-Brcton qui fait.uno course admirable de sûreté et ilo régularité, est aux places d'Jionnonr. Chacun so réjouira do voir le chain])ion do V « Autoinoio-Coiiliiienlal » on bello posture pojr les prochaines étapes. L'homme est d'ailleurs de taille à conduire la marque do Saint-Kticnnc au grand succès. Lapize, malchanceux jusqu'ici, a terlninr! lui aussi avec le groupe de tête. Quoi qu'on en dise, l'ancien champion de P'rancc inarpho un peu mieux .que l'an dernier ù pareille époque. Il y a un on il abanilonnait au ))remier incident, aujourd'hui il figuro aux'ptóces d'honneur. j Sa fidèle « La Française-Ilutclun.son », la tfîoriousc tiiomphatrico des diampionnala de Franco, se trouvera certainement souvent encore à l'arrivée avec un tel « jockey.» ! Tressons des couronnes ä l'isolé Thuvf-ten .qui termine avec le i>elotoii de töte, 'et ßouhallons à l'étape Brest-La Rochelle dos pérî})éties tout autres que celles peu nombreuses et peu sen-sationnelles qui -ôniûillôrent l'étape d'hior.^ Lirc la suite page 3. Le Grand Prix de Tfl. C. F. 1914 4 JUILLET 19U 6araix continue à battre des records C\iarires, 1 juillet. — Tout en effectuant en'présence de M. de Saint-Mathurin et du lieiÈlenant de marine anglai.se Briggs l'é-ppe^v© de huit heures de vol imposée par l'amirauté anglaise, Garaix, sur biplan ù incipiences variables, a battu dans la matin^», à Chartres, le record du monde do rftti'^e avec trois passagers que détenait rAi emand Grelle avec 3 heures 11 minutes.! Le ^pilote français resta en l'air 4 heure» 3 minutes 29 secondes 2/5. Li3 biplan Schmitt de Garaix était muni d'uji meteur Le Rhône, hélice Chauvière. L^Aviation navale Satnt-naj)har{, 2 ¡uiUrt. — Profitant belles journées aetMCllo.s, no.s aviidours mi-htairos s'eiilrainont fernio avec los hvdros do la marine. L'en.seigne de vaisseau Janvier, sur liydro Voisin VI et le mutolut pilote .Sau/.av sur Voisni l\\ ont effectué de joliej vols hier au dessus de la rade do Saiiit-Uaphaël, conlour-nant le golfe et venaut virer uu dessus d-iî 'a cathédrale.. On a découvert hier le b'plan liydro Br.^-cuet II, qui avait coulé après la chute du Ueutenant de vaisseau Dutertre. dont n(UH «»viens felatô raccident do nuit. T.)uto la su-pcnstruet^ire de l'appareil e.st oomnlètrhii'iit anéiintio et lior.s d'u.sago. Le moteur que n ^u.-silùt démonté, devr.i subir do grosses i^uation.s. Il a été eyi)é<li.. uj^ine.-i ^ahmuii pour Lj remise ou état — Laurent. ••i^f« ^i»« «ifitikt «*»(!• $m m ^ l hulAIll* ««I Iftlü« A fMl««ff ^ UI«^ I •• MMt|lâM ik» Hwftè«, jàm- Âeliwrweà MMMÜftI ^ M é» lék, «Itt wwéwelâiih é* ki« «UM I* ltki»f9»l. il f • I, k« MNll ••««»P I« mmà t'éte *««« m pmmiímnkí éiM* k âHèm tt«i#lf*« Jh Vük wt ikf k ««»«• i'«liit 4 «M «iMmt« ««..»r k «m«!. 9um llivr wmt M %ufaH| «m*« m* ki«« ««AM« y if'i+Hw .k rt It4»»««tl «« um« .Hi 'IM -Mi uè. »♦^•nî I ■ . M' firn - 4, Mi4lit«t p. 1». tkb«f« ü «I timmii mtH i»*iMaralM»> ùk^mummétt* Hi I...' » > tktM« k ,1». I . Iíi¡p»-, ^ »«» »« mifu if >1»* ^ AUJOURD'HUI CoufMi 8,iint Cloud Pr'x Tniit.*'-. t.iru.ls, rHÍ.-ia. Prix .VriM/. v. — r,Uix!.>, ».Jiin. ll.«. Prue >h i K'if'iin. IMiUil. Kran. is. ,1 Prtx iê fa .■»'«Mftv. f a ti.Muvh.", \f.>.,|. I^nj- J.- 1,1 rotilr(t,j,\ ^ Soiro iv¿ , | SuiHliil. " fru C4lreê. .S .x, fì-^.^n PnwosjB mir Lt« 4m«.n>. Ulli 4 |)«';{t»ii»»«' ..n UMIM« d«» ^Uiiur«-« U|< NMH I liM. liant Kmi, plu» |Miii, il«' til Ikll «en 411 tt'ul ,|.l ,1,1. «M «lii»4iHÌ. , pU».- du i\, m VIM mm « r4ii>, î, Sit-l. lA'tfÜÍ ^ ét^ »"»Iwt . )N*t|f U t.l4lld FIÉI «I»' I iteli« l lut» «1« >14«.» »I •M Je .p*« U» s< » tkb-MHißmmHm* UMfqiK », «I «WH «In« IUul>t.)t: UpÉ ffèi I4 Wt»«!! >H knijll«» ik k I«I4|H( fit« a h.. Ii l'I* it t« Itl4««l 1*1*% 4 Ii*!««! tH*>l<< I, U t »«iP Mlfc^ltM Cl U.4 Nük #)M!<Ni««i k I imm"^ 4 W»^* U iMligl« Une des voilures VAUXHALL C'est demain samedi, i juillet, à partir de 8 heoires du matin, quo 39 voitures sin* les 4-1 inscrites, dioivent prend ro part à la couinso que rAai((jmobiTc Club do Franco organise S'Ur le circuit de Lyon Sept-Cliemins-Gà vors-€'hà1»:'a.u.rien f- S op t-Cli 0 m i n .s}, de 37 IviiomètrCiS 031 au tour, sur un parcours do 752 kil. 620 (20 fois le circuii). Nous a.vons dit que le nombre des voi. tares s'élevait à Elics so icpartissont en : Firanoe, 12 ; Italie^, 9 ; Allomagae, S ; Angleterre, G ; Belgique, 2 ; Suisio, 2. Sans vouloii' rien enlover aux méiitos des voitures anglaises et ita^ionno.s, il apparaît cependant, d'après ¡os os.iais prop;iratoiro:?, qui ont ou lieu il y a uiio quinzaine do jourj sur le circuit dé Lyon, ipio la course do demain samedi doit se résumer, coinnio au circuit d'Irlande en comtno au Taunus en liWt, comme à Dieppe on 1908, enfin, plus réceinmont, cuinmo Tanaee der« rùèro n^u circuit do la Sai'iio, ou un match francio-allomand. Mercedes a ongajïé le nombre maximum de voiture.s que Uii pormollait le rô.aîo. ment, c'est-à-diro cinq véhicules que piloteront Lautenschlagcr, le vainqueur <la Grand Prix de 1908 ; Sul/or, Pileitc, Wa-gner et Séikir. Lt-s champions itauçais seront représentés par Gu.y^jt, Bablot, Duray, Boi^Kot, Goux et Ri gai. Depuis deux ans, la Franco so couvre da giloiro ilans les grande^ course.5 automobiles. Tour à ioiir, Boillot, Goux, Bablot, rhonias, Guyot, Duray ont triomphé soit soir les circuits <le l'A. C. F., soit au Mans, soit enlin on Amérique. Si Ton se base uu i>eu sair le dicton célèbre « qu'ili n'y a pas deux .san.^ trois », hpan.cou]) plus sur la valeur do l'industrin française et sur collo d.^s cliainpions du valant, il y a tout licii de ctôU'o que i'ann'e 19ii- ivcra ausii favorable an .^pc^rt automn-biU^ français que le fu.Liil les années 1912 et lOlJ. Los moyenne.^ .k- vilesse.s ù l'hcu.re réalisées co.'i tlou\' di'riiii''r'\-, annéo:^ ont été : 1913 : Dioppo, l.PiS kl!.. Buillut, 110 kil. 191.1 : .\miins. Olti ki!., P.o.l'.d, lir, kil ; U^ Man.^. ki'., lî ihl.-l. 12 î k-l. TtcJ. 1911 : Indianapuii-, 8<Jl kil., Tliouia.^, 1-32 Ivil. 97:.. Il est pou piobiible qu,^ Vnn iMirriiistro fi Lwn la vit» rt.ii niidab'e fail.' à lu-dianapidis, sur vmc pi^to -piVi;d«\ \ i- lauo ni l;ic«'ls. Ci>nuii<» !«,> ciitUil lv^•lu^•^i^^ .<e iwv>«Mile à ¡'011 piés d.uis ' s m'-ui- h i.'uiiditions que celui ii"\urua.>. il scia ia-térrs-iant do .^ivuir .■ii le pu», bain qiiour aujii battu 'a < d.> I Itl ki^'mc- Ires à riuuro, ivalis«'.' p.i;' lloi:! 4 l'an d'r- Mi; a le» marques en pr5senc* Le spectacle La Dosilion dos tribunes permctîra aux speclatcurs d'assister à la plus noml.iou.?6 randonnée d'automobiles qu'on ail iauiaiá vuo en course. Sur 00 petit circuit do lrcntc-.sopf k.Io-mètre.«, quarante voiiiiros vont t(.>unicr « cent kilomètres à riicnre au jninuujiu. Cetfo rondo folle, ro])iésenlera un jia-.-a^íü do voiture toutes Ic.s tiento ou quaranto .-e-condos, c'est-à-di.ro doux voituie.s ¡»ar nu-nuto, on moyciiiio. Plaignons le soif des chronométreuis (ifiiciels demain samedi. Le départ élant donné à huit iioures du malin et la di.-iaMoo à parcourir étant d-i 750 kilomètre^, la couiso sera lormlnéd, vers doux hcuro.s apiès-midi, si l'on prévoit une A i lesso do cent vingt kilomèti os it riicui-e. .Si la nioyonno l>ai<-ail à cent ki!oir,è!roa( h riioiiro, l'é.pi'<'uve -.¡o se tcrminoiad qu'a troi,^ lloares ol d ■nue. Les vainqueurs précédents Rappelons les grands vain(¡ui;uia «icpuia dix uns. Voici co palmares giuiieii.\ ; 19UÍ ; Circuit (¡c r.Nrguiinc, ciim.uutoiii* de Cou|>o GîuUun. IjouneU, kii., ou ."3 h. 20 • ol dans la linaio Uu¡ l^unus ¿Cí lù-^ lomètios, on 5 h. ¿0. par Théry tìrasier}. Moyeime, '-'U k l. et kiionielies., 1905 : Coujïo Gordon Bennett, on .\nver.. gno, 519 kl!., en 7 Ji. 2, par Thery ^voilurq Brasier . .Moyomio 78 Kil. ll'Oii : Circu.t do kt Sartiio, I kil.. eu 12 h. li, par S/js/. (voilure iUnaj!!)» .Moyenne. 101 kilomèt-ic-s. 1907 : Prornior Lir.jiil de Diepp.-, ?7't Cil (i h. iO. par Na/.zaro ;voiluic liât,. Moyemic, IIJ kil. i;2I. 1908 : Deiixi-'iiio C reuit do Di»'jij.,\ 77(i kJli.nielivs, cil' ij h. r^), par Lauten.-c!i..-i^cj?. ivuilure Mcrr-''(!i-> . Mi'Vcnn.; 111 kil. J .'V. f9U9, 191i>, l'.Ht : i'a^ <io<iraUil l'rix. 1912 : l-.rand Prix-, (.ircuit de Dii npe^ deux jour.s, I..>i0 kil., k\\ Ki li. ôn, pur lioil. lui (Voiluro l'eiigeul,. .Movounc, 111 kù-'Uic» trçs, l!i|;{ : Grand P:-.x. 'arcuil d.> PiiMrii'\ I OK; k!l. NîO, eu : h. n>. .jO .-î.. par |{'>¡'lo| i ,V'.uluio l'eugi ui). .Muvei.iio, IIG k'.oiii. l'Ca, I Aujourd hui : Pesage liOs i.pér.i'ions dj veriiicaUon di• eî;^ cu'.es aüroal lie'! a.ij. Md.'hui, i|,> > h.-nr.^ a ÍS !>• un s, ;\u ¡»are ljngna:á. s x -h!'' cub «U'vr-jnt 'Mie .»i ■ .-<'.ites Oa " i" ' 'i» mai'.lio u Cl.' :)■-<!■-, u..\ !ie':.vs ■ a France .... Allemagne Angleterre ItaU«...... Bvlyiquc .. ttti«M .... ■ f '\ht,i PI'Hii» TI) S'/i»(i'í'/t*r* m.uf,'. On, t \/'i'i 11'il(^'i Kl'. MIM hi iim hnit V ' ' • I r. ' ? A S h : n A 8 h. .•{'> : n " A h. : n"» A 9 \\:¿i\ : n " .V lu 11 : II' ' ■ A 10 ii JU ; II. II! AH!). : II- ^ A ! i II ;.'» • A 15 U : A 15 I \ l<i I. ; L 11. Ili 1, r». 29. A' I l I, H, 111. it»», «s,. I, 11. !i:. 17 \a„ u t 1. 11. I". . t. • il. • U'. A b. \ 17 A 17 I. .4 > t i. an J ' ;l. \ a i\h 1'. V i'. I I. II. i»r. 11. UL l 11 ( >1 III. 11. UU I II I.. \l M II. m. On r. n .1 . I- In It I i. i t!. «S..-Uti. i«« IM<*«M «• «••«*• Hiü»« \ in > » U t % K «t t W dMN 4i«ii» «Mil« ««««lu ^ HO ^ a» .. IM«** « t4»l <!»«• IMV én* »J-JMUlî» Ife , Htm*« ^ , . ,, , A» I ♦ ... I«IImi Hf». «I ««iMidt^wiitH •-»« Ut'.vkiii m ^ ru. V ' I I % t I» 'M % • h ■■ I % • h I «IN I • % i fe « lib ' % « tt I* % • Il I M 4 • k t' « • il . > ' 4 • » - k * n ■ «< 4 i II 4 4 • Il • 4 • » 4 I N . »» % I H • % « k » " * • « % • Il » » 4 • * |«t «-iM«««« H nï J i} |. M • I « » t «M«« I • ■ .«I H I «iï h . . \ %. % M t I . V tl %H iM I > |>|rt '»««t l H • «4 Hrt li I ' • I % « S \t/ »U«» I \ Í. > |l«l il » I IMt.) i •>» <1*1 I « h,.. ■. ru« ^111»I I. r I I • w^i II * »1 % 4 iT Il >l%l' I > ) . Ml Ht »f«« I M . . • M t«% 11 I' . uHsl U .....» . . <i ^ II I ' » . I* % *IM II I. tt H .'t << I II » ■ l 1 a. i >* ll'^ÜIItfeM li >' tv/ ' I t ««««H H % ii f .M. |!»-l H %t<» M ( I ' iNp I )< ri r II ■ . , VM II % It II M H t.. titt II » > . m MèH« kiM « Il I tt» . , %4|*% tu l«lMti>«« w *»rtf Ml t » % Il %llll > «Il .«1 m ui H v%iim«i iti .i,,.. » l»»l ÍH l< w «t ^M« Iti h .t , a «^111,1 il kl Ml lé^it.M. m mr NI • iMift:iM<« lit émm*-^ HïislM« I* >1 V t^mm- ■ *w«t éiiiiMÉ i« m r .«1 » y* tt'mmtiih I • »I I H %Jk M&SrttOM Ai» i^ftlltl» ttnili,) M » î i .méltr, » - - 4. ■ • .. li Í» 4 > M iVrrW- f» Bl 1 < hV :r * • It ééifmm ** >• 4» u» pm^ vk» .H ikif* irv Im