Questions? Call (888) 845-2887 Hablamos Español

Paris L ATro Newspaper Archive: May 26, 1914 - Page 1

Share Page

Publication: Paris L ATro

Location: Paris, Ile De France

Issue Date:

Get 1 more page view just for Liking us on Facebook

  • We are retrieving your image from the archive...

  • We are converting your image into tiles...

  • Almost done...

   L' Aéro (Newspaper) - May 26, 1914, Paris, Ile De France                                 «lOTioiEii vm^ ési 8 ?m S geiI  ^ 6* AnrMÄT-ii^'' 1.204« - Mardi 2C Äfai 1914.  Dépôt Lé-; i  Ecii-O  19 14  AVIATION - AUTOMOBILE - OYOLISME - TOUS SPORTS  lÊaBÎ  »iubctbur  HOOBR 8ÜK  JfllAMOB  Ili M tUfWl*  M», tti».  «TRAKOBR iOmlÊm f^tèlêr M ». 00 te.  m  ... AOMIMnTftATIOll IV  Ú», Boiilttvnra Oe» fifttwMi PAFUI9  ¿A^A^r* ( ^TMriMI RpM I  ( MifWMi« SSV âr«l«Mi: t  AálMM Ttl«gra»M«é«:  Il t  AtMAáLHÑUIIt  OIRECTBUR  ROGAR SUE  LE CONCOURS  de la  s  Sécurité en Aéroplane  Que «ournée choisie pour une « dteMMitra' tien de sécurité ». — Quatre ooncinr-renu répondent à rappel du jwy.  MerveUIeuse perlormance du Paul Schmitt.— ^eUes expériences du Caadron, du Qouin et du Blèriol.  La iouriiée d'hier aurait élé ciioisie en-tre Iwites pour être spécialentenl apïW-nriée ù une «lòmonstraAioa <te séconte Se véhicules aéficns qu'elle n'eût ïmw été plus parfaite. ...  La pluie 6<;ule maíiquíut & la léte, car froid et rafales étaient là.  Les « cuillers à pot » s'affolaien* et 1«9 «uvflistreurs indiquaient dies aûrtjfte» (W »4int de 12 à 16 mètres à la s<îConde.  Auissi, s'il v eut beaueouip d*ai>pelé8 par te juiv <]« Con<M>m-s die la Sécurité, hien yeu rt^pondirent 4 rapi>el et seuls ^s appareils que nmis connai»»om de longue date se nrcscnlèiriit : ils eurent (Jonc une nouvelle oornsion mettre en valew^ leurs qualitós •it'jii rcconinues, maiis noufl n'avons pas en le « rara avis » que le règlement rfii G ni 11(1 Prix :i<?mblait devoir faire éclore.  Tous leis slabiJàsatÊoi'S automatique« re culòRiit devant la teiiipôte ; nofus n'avon» donc ]>ii.s pu apprécier leiiir eftieacitó et les eonipiuer uux appareils à commandes im l>cralivesi ou à maniabilité maximum qw, «euls, iMñrent part à l'épreuve.  A Chailrof, Caudron et B16riot ; à CM Ions, le lieutonanl Gouin et le Paul SdimiiU furiMil souls examinés par le jury et troiis seulenvMit. de cos appareils effecluèrenl lo parcours priH'u de Chartres à ChAlons, ou invorsomont.  Dans les deux centres d'exp^'iiences, les essais se poursnuvlrent avec l«* même litucl, c'csl-à-diro, dans la matinée expériences d'aérodrome, dans Taprós-midi vovauc entre les -deux terminus  A Chûlons. MM, te colonel PaîUl Renard, commandanifs Dorand. Lioré et Jou^uet constituèrent la délégation du jury, alora que MM. Soreaii, Mnrchis, Maurin et ca-pif4i.ine Chili]« officiaiienl à Chairtres.  Lorsque j'arrivai sur ce dernier champ, vers lieu ros, Gaston Caudron évohiait, insoucieux do- et émerveillait par  la sou)>]o.sse de sou appaiieil les corieux nu.) élaient venus nombreux malgré l'in-fiWmenoe des éléments. Il tennina eetlc première envolée par un atteriiissiiiîe en plané qui lui iKHjinit tous les siiffraiçes. .\vant arrête son rnoleu.r face au vent et h faible hauteur, il resta stalionnairo quelques secondes, pms, piquant au «ol, il s'v posa doucement snns à-coui)9 et cnmrni- dju- calme piaf, alors que la rafale (»mpoilnil chaiH?fiiix et faisait claquer le« oï iiliiiiuîica.  l'u dn même pilote et do  son npuaivil me permit d-o remarquer la r.i!la sùivté son essor en m-^mo i<-nins SOS uualilés de « grimpeur »  /\iu'rs un enlr'acle de quelques mínales, Lo Hivmiiis, sur son Biéiiot à grundo innni.iliilifé, s'élanra dans les airs tt, en uno \nlst; effrayante, nous montra uue, sous la briso comme en air ealime, 1 pouvait looiitM-, virer sur place en pivotaal sur uutî extréiiiilé d'ail«, descendix- en sa '-vii^^ scnéo... et toujours se rétablir en j)0'«iVu,û riormalo.  Víais où sont les apparefil^î nouv/jaax nouivolloinont eonçus et construits poitr wiéliioror les conditions de sécurité con; i-0rées comme trop précaires sur,'es actuii!.'» véhiculons* aériens t  '^prla.ins concuñ'ents ont reculé devî.nl la tempête, d'autres ne sont pas prAls ilX se pUiljiiJont de n'avoir éié convoqués qi.« dix jours ù. ravaiice. Espérons qne n-.n»» poui'Bons ifii^ voir à l'œuvre avant que nVx-pirent les ix)uvoir.s du jury pour l'atl'ihi!-lion du Grand Prix de l'Union pour la iNinté en Aéroplan«.  La direction du vent étant contraire pour les appareils devant se rendre de Chartres h Chàlons. l'heure de départ, fixée à midi, est avancée et c'est à 10 h. 30 que Le Bourhis, sur son Blériot, quitte Taéro-dromo.  Oue'ques minutes après, c'est Gaston Caudron qui prend le départ, emmenant son mécanic ien h hord et convoyé par son frère René, qui pilote un appareil semblable celui du concours sur les ailes du-nnel les membres de la commisso'-on d'examen viennent d'apposer leur sianatair.« pour qu'il puisse identifié faoàlement à son arriv ée à CbAlons.  Pais... on va déjeuner tranqnillement. car le.s appai-eils Schmitt et Gouin, seuls nréseiits à Cliillons (nou."« l'avons appiis pai- un coup de téléphone dans la matinée) n'en partiront qu'à midi et ne picuvent être là avant 14 heurP'»  An retour de Chartres j'aperçois un hangar enh-'ouvoi t. Je m'y «lisse et me Irouvo on Drésonoe du Derzowiecki sfa-büiló loi\uili!iMiia!o aulomatique. Il n'esl has '"-n.oio au point, son pilote ne peut le prési'.nli:!' ulihMivonf. En ses principes \i est i<!'M!liiii':> il l'aùpanf;! exposé l'an dor-nio'^ au Saiûii Jo rAéronautique.  (7( sf un i iniiìii'j|)lan à voikiro on tandem. Les eoiirl)ure,s et les incidences dos dieux vailiuos étant telles que les extin-sions des contres de poussée de cliacune d'elles soient aulostabilisDlrices. l.a stabilité t'ansvi'i sale est commandée par variation ddfféroiiUelIe d'incidence de la surface avant, constituée par deux ailes indépendantes.  La oommandoi simultanée do ces deux iilifis consti-tue " d'ailleurs la manœuvre de gouverne « en profondeur m.  Deux aiîeroiLs noyés dans la surface Arriiire et comiuandés différenti^illenient «n même temps que les ailes antérieures complètent le di^spositif Oe stabilité latérale.  La direction horizontolô est demandée à. deux gouvernails verticaux situés dans les régions extrêmes, latérales, dea surfaces Dosléricures et au-dessus d'elles; h éa commnixle esl reliée facultativement une <1 manœuvre » reliée aux roues avant du train d'atci'iissage à quatre roues, ce qui assure à . terre une maniabilité au.«;si parfaite que possible.  Mais la grande orijfinalité qui irapjie à pfemlère vue dé cet appareil réside dan.s i» féii qùê» contrairement & la tendance  éralo de nos constructeurs, qui e'ef-î>rçent de ooncentrer les masses,", son inventeur lui a donné un très grand moment d'inertie longitudinale en disposant le moteur et l'hélice sur la pomte arrière da íoseloge, tandiisi que le pilote est ù l'ejitrémité avant el le passager au cen^ Iré^  De nombreux détails eoint intéreseants ù. noter encore, nous, y reviendrons lors des expérîenjceâ l^fflciellesi.  Uno rumeur dans le public massé à l'en* trée de l'aérodrome nous fait d'ailleurs éoQUirter notre visite. On signale l'arrivée d'un appareil.  C'est le lieutenant Gouin qui vient de Chftlons. Il évolue et vient se poser dou-cement devant les hangars, en un vol planò impeccable de son appareil à vision totale ». On l'entoure^ on le félicite, on regarde sa montre : il a couvert les 250 kilomètres du raid en deux heures dix minutes, sans histoire naturellement.  Son appareil est le moin« connu des quatre concurrents qui prirent hier lo départ.  Aurdessus d'un fuselage Blériot sont surélevées les ailes, à hauteur des yenx du pilote, de manière à ce que l'angle mort do vision soit pratiquement nu.  Cette disposition a d'ailleurs d'autres avaniagos. Elle permet au pilote de n'ôlre jamais géné pai* Je soleil et, d'autre part, elle decentro l'appareil en abaissant le centre de gravité, ce qui lui assure uno stabilité latérale naturelle pluij grande.  J/:s surfaces sont, à première vue, dea aile.s Blériot, mais si on les examine do prés, on se rend compie qu'elles sont « al-locaves » et « alloganes )>, suivant les vocables consacréâ par les études du docteur Amans, Tapôtre de l'aile tordue, c'est-à-dire quo pnesentant courbure et incidence maximum dans la région centrale, elles sont plates et à incidence nulle dana la région extrême latérale.  1x3 lieuleiiant Gouin, qui étudie et per fectionne son fipiiareil par une série rai-sonnée et progressive do modilicat.i)n, me disait : «( Cotte di.sposition est excellente et me permet de lachei- ma commande une aile étant u basse », le rétablissement de l'équilibre se fait tout seul. J'ai commencé par tordre l'extrême bout do l'aile, dans mon prochain appareil, jo vais en tordre un peu plus long. »  L'empennage fixe el le gouvernail ^ profonueui' uu uiuiiuL-Goinn o^ui des oî*-ganes Blériot, mais le gouvernail de direction e.st nouveau. 11 constitue en ménv temps un frein aérodynamique étant mé non pa.s d'uno surface unique, mai« de deux plans veiticaux formant cerclo." autour de leur bord avant, formant axa vertical d'articulation. .  Ces deux plans sont d'ailleurs ramenéi» il leur position de juxtaposition par un lien élastique.  Uîur utilité, m'a expliqué le lieutenant Gouin, o.st non pas de freiner au sol, les b.échos du patin arriére sont suflisanbes 5. cet effet, mais de freiner en l'air pour permettre un piquage brusque et une arrivée au sol avec, le minimum de vitesse.  Quelques minutes après que le pilote inventeur eut terminé de me présenter son appareil, oji signala l'arrivée du grand biplan Paul Schmitt.  . Nos lecteurs connaissent trop bien le fameux appaj'oil à incidence variable pour qu'il .soit bo.soin d'en rappeler les caractères distinctifs.  Mais la performance oCi plutôt les performances que réalisa cet appareil hier et avant-hier, .se rendant de CharH'es à Chidons et de Oiaioiis à Chartres avec quatre personnes à bord : Garaix, son pilote, Paul Schmitt fion inventeur et deux mécaniciens.  Dans son dernier voyage en particulier,  10 poids total tran.sporté était de 1.700 kilogrammes, car il était approvisionné de 2-''0 litres d'essence ci de 70 kilogrammes d'huile.  Après une descente et un atterri.sisage parfaits, après que les membres du jury eurent examiné de près la curieuse commande de variation d'Incidence, on demanda à Garaix de faire quelques vols de démonstration.  H s'envola et nous le vîmes pas,ser tan-t^it à 60 kilomètres à l'heure, tantôt à 6 kilomètres ù l'heure, toujours vent debout, suivant qu:il modifiait, par la seule incidence des sui faces le régime de son appareil, qui varie ainsi do 05 à 110 kilomètres à l'heure.  Et quelle que fui la vite.<áo do l'appareil, il restait toujours paifaitenieui maniable et effectuait dimixiocables virages et de parfaits alterrisiíaííea.  VU ce fut tout.  Le lieutenant Gouin roprit por la voie des airs le chemin de son hangar, doniérc 'ui. le capitaine Cltallos, qui était vonu à batd do son Farmaa militaire, rogag)ie .son  11 nid )> par la même voie, aci:0!np.i<.i:ué de  'ioti 1) sapeur... et, giiuc; h roliiigivinoo  do récleolitiuo ;sj Í »rtsuuin (¿u'esl M. Campbell Wood, qui' voulut bieïi m'olTrir une ]>laoe dans sa rapide Daiiuloi». j'otai.s de rciour do bnuno liouro à Pai is. i Nombreux étaii'nl los pers.uuies '|ui vin-j rtMit hioi- à Ch.irlios ; parmi lo.s <t ligures de comiaissance », ou pouvait nolei 'MM. Blériot, Drzowiocki, Sperry, Aiidix; roau, Juvigny, Higaud, de Roer. Louis Clément, Legognoux, etc...  Aux. (lomiéres nouvelles, on apprend ({ue Goudron est noimalemont ariivé à Châlona.  Bouillis s'est arrélé à Rue.  En somh'io, le ooîkours de la .sécurité ne nous a révélé, pour cette fois, aucune (» .nouveaule,sensationnelle H. '  E9)>6ron^' que. l'avenir !^e»a meilleur, mais les joj>rs.,pas.sént et le l" juillet jap-pioeluî à grajid.s pas . et le.s concurrents apjKilés hier et qui n'ont pîis répondu. Îe-l'O' f I-v»» d'activer leur mise au point pour se présenter ulilcnieul ù la pr^jchaine convocation qui. «era sans ikM>te 1« dtM'ùi^e... )ioiii le prcmia- concours do la sécurité c.h aéronini«  . .. - ' ' a< DesMOA's.  Les notocyclistss français  Éi ptrinis ie comlttin àio francs  Dans VAcro de dimanche, nous avons publié un extrait de l'intéreswsant article para dans le Bulletin du Mòto Club do. l'Ain, sous la signature de M. Bardiot.  Le sympatiiique président du Club de Rourg s'élève avec juste raison contre le fisc qui réclame au motocycliste la somme de 20 francs pour la taxe du permis do conduire, tout comme il le fait i)our l'automobiliste.  Voici d'ailleurs ce que dit M. Bardiot i  Depuis trois mois, toute la presse politique s'est époumonnée à propos de -l'impôt sur le capUal, de la justice ¡iscale et. d^mtres grands mots^ très ronflauta en. période électorale.  Gageons que pas tin do nos leaders n'a ail l'aumône d'une pensée à celte ainnla npisiice : faire paijcr iiO francs son per mis de conduire à malheureux niolo-cycliste, possess'cur aiun cheval mrrnui-que de 50 louis au li.axininm, comntr, un gros boijards qui s'offre une roulante de dix ou quinze billet-^ do mille.  Et que de fois encore lu mulo, une occasion, ne se paie pas 500 francs. H faut y aller de son louis quand mrnie. Toniouis au Queux la besace, quoi !  Il est temps d'élever la voix contre cet abus, dont la réfoime ne coûlerait pas très cher au Oudijet, et de récluìncr Vabaissc' ment à 10 francs du pcrinis de conduira des motocijcles.  J'ose espérer qne toute la ¡)rcs.se moto-cyciiste et sportive fera chorus avec nous.  Réclamons ! réclamons il en restera peut-être quelque chose.  Mais certainement, réidumojis et tous les motocyclistes qui appuieront l'énergique protestation du président du Moto'Club de l'Ain seront avec nous ])0ur crier à l'in-justice.  i.'Aéro qui, jusqu'à présent n dóf(Mi(hi les intérêts de tous les motocycli.stes, ou. vre, dés ee j(uir, ses colonnes toutes larges aux revendications de tous ceux qui se trouvent accablés par nue charge, qui n'evst nuliemient en rapport avec le mode de locomoïion économique que sont »a mo-tocyclotte et son déiivé îo sidecar.  UAERO.  YACHTING  La Coupe de THmerica  Aujourt.rJiui iiKU'tli 20 mai, cl>all<>u)^ei> »ie la Ojiipft de VAnmiea, Sliamrock-IV .sera laiwe deis clumtiers N'icholsiJii, ù t'îoisporl où il n élt; consiruit. pour sir 'l'Iiouias l.ipttni d' iit. il seia le qiualrii'ino clianipioii dans ses tenlalivos i)our reprendre le gloritiu.x trophée que les .\ni«:-i-i-CQins dûtienneut depuis .soi.xanle-tims  Shamroclc-iv qui, en plus do deux mises au pojnl,. l'une en Auulelx}riio, l'autre «laiis les uaii-v américaines, devra travcrs4?v rAtlanlique ijtu-ses pi'irpi'es moyens, co (jui Jua pa-endia un teimps apipi'éciable, vü «ro hmcó nn jn«-«s complet apre.s le pi-emier des trois de/enders américains-do la Coupe, nesalute dont la mi.se à l'eau eut liea à Biiistol le '¿'ï a\Tjl dei-nier, et, quinze jour.s apivs, le dernier lano! des dofon-. (1ers américains, Defiancc qui «^it à leuu à Batti, dans la proviiiCL» du Mhuio d4>puis le 10 niai. Elnii-e temiifi, le .second des defenders Vanille oonstruit pour M. (ixîhrano avait pris posi^cS' sion do son <>lémenl ù iXepoaiset.  Tous ces adversaires éventuels du cîiumijiou anglais, dont le nieàlleur lui sera oj>posé dans tes épreuves de septembi-e prtjchain, vont avoir le temps largement nécessaire jx)«r une mise au iwint minutieuse, et vont commenoer la semaine prochaine la serio de leurs essais, en prenant paît à une suite de i^égates dont la premièiie les mettra en ligne à tîlen Cove le 2 ju,in, non seuleinent entre eux, mais avec toute la lIottLlle do cour,so du. New-York Yacht Club.  Celte suite de cours*« et de oruisiéiís eou-duira la liollille de Glen Cove ù Newport It» 5 juillet. A partir du lendemain (i juillet, six (îourses successives seront ori»aiiiséet> au large do .New'pürt par le oomitó de défense de la Cou pe, pour déjà s© lyîii'dre compte de la valeur resp«\Mivc des trois defendiîrs. Ces courses met-Irout les deienders faee à fa'.o deux par d'.'iix ot elles soroni, daunées de la même lai;uii tjui lo.s éi>rouves de la Couix;. Justin uu 15 a'uùt, le,-; dofou.lors a.uiéri> akis aurcul pris pa. l à  Ircute-deux courses ; du l.î au aoùl se piaco-ronl lea trois éliminaloires puur le clioix du ya.-lil (pij sira oppose à i<hi(iiiioi li-l\ daus les trois é|)reuvos dOeisivos.  Sliinnrork-lV., le o!uillen,üV/ do sir Tiiuuuis l iplou, (,iron ¡'Ulcera aii.¡i:'uril'1iui esl doiii- t u lelüi'il iriinç iiiiiveiiue de tmis senuiim^'s sur le.s aiiver.-av'i s ii:ii l'aHeihleid. dans s l aiix uni. • riraïuvs. il va lui faüiMr une di/aiiio <te .|t)Uis 1> 'iii- <''li'e areb- el élaltlii' su xtáUire avatil U--' l)()U\ H¡r Djiuiii.'ivriM' .-t s r-srt.is cdiilie les me iu's. Sli<iiiti(H-l>, p,. i-i d-'ii! ra- er de si.i' 'Dhv-loas I.'pi U. <•! H liil''-lli',i(hfr. à M. Ml!c. J{. K.'iiiU'iiv. (I;mi\ a(l\cî'-airi'-; dcià aiirj<'i)s ijui oui di'jà lu is jiar! au^v ( .'.uiaNs d'i' iVfi tuic de la .-.lisuii. a l\M:ijui.icluire do la. 'r.uiiiie.  C.U'sl une noiiveile ))erle d<} l.jii|i- d'aiilaiit !>liis ))rivi.;ii\, (i'i:e la lia\er.-!'o de rAllanliii"<> eu ai'-oi liera / nctM e uiii.' jiarl uo'.ahie i t. ijue le chaïupiiin aujílais. Inr^qu'il ai rivera à .New-■Soik. eu a.:iùl pnciiain. aura jirsle' Je l-uips de repremiro grétMnenl de cDur.s«» aviuil li« épieuves dans le^stpielle^i se décidera une nouvelle fois le sort de la Coupe.  A la veilli> du laiwenient do !>hami'úi:k-tV,' on e!?niiiionce à connaître qiiekiuos détails d<i la nimvi'lle rréalion de Nii-liulstni qui a. i>ijui la proiuière fois, tniiV- les plans d'un eoucurrenl de la Coupe de VAnicrica.  Shomïoch-iv est de cxmsiruv:t'..>n ,cr>iiH>i*>i.te, '<;'ésl-iii-<lire iKadé en lx>is, niembrui-e en oiétal. Ixî bordé est en ti-iple é|>aisseur de cèdiv, saiMit cl acajou. Dans ses membrures il entre 'le l'aluminium. r.c pont esf en quadruple épaissiHi-r. 11 no dó|>aj>se guèie -viniit milliméti-es en tout el est recouvert d'une toile iieiiilc. Les épiiis; seui-s du i>,>rd ': sont collées enli'e elles au nwyen •l'un produit qui donne une adliéronce prtrfait« et^ipie l'eau ne saurait aUaciuer. I  . f.e prutll du Shamruck-tV c=t ce»'u! d'un .« "li'j' keel i> avec un élaïK^mèiit avant énorme : 1 nr-rii-ie tist i»url, en vùiîte coujiéc pur un iabîeau (Iruit. Dons renwinbir: l" • lia « se trouvtí liy-» v( i s l'arriére, lùi e iu|X' ü ansversale .^l>iiiuiock-¡V a deii\ fonds phii-i se i-a-cordunt avec te •• lin  tt'émmo * la base dans la ipartie oceuipée par la fc lest en plomb qui est considérable, quoique le racer de sir Thomas Llpton soit ii réduit. Le plomb a été (poIi par un li^««lè#r>éeial de faeton à donnei- l'aspect du niGKei Wllònt, La coque est peánte. Sa ocwlewr «j*» lii«lem«»t le vert comme dans tous 1« (to sir Thomas Lipton, puisque le SMinroià- est Femblêmc de la « veiie Brái », nom d;'itlleu<rs que poilc son Stcam YaiCht.  IMs ta ma«üe de plomb et le « iin » se ti'ouve ménagé un puits pour une dérive, car SUamrodk-lV aura uae déaávc. Ce sera le pre-uûâi- challenger angkiis possédani cet eppen-diee autorisé pai- le règl^menit sans aucune suicliarge, tandis que le tli-ont d'eau- pa«' la quille-^t; p^iftalibé sévèrwneiU ù partidr d'une cenlainie pn^iortion et peut enAraîiier un han-dipep, AJaiel le tirant d'eau de Shatnrock-lV, s««i« sa dérive, ne dépasse pas '4 m. 20 et atteindi-a 7 m. 30 avec la dé»rive abaissée.  I^e poot du Shamrock, avec .<îa voûte à ta-)ll«Nin et son gi'os avant arrondi, pnésml« un Coni«nu' tout à fait nouveau. Ge-lui-ci, à partir i'U»i poini .situé par le travers du mât, très en ilinAiw d^ l'étrave jusque veas rextrV>mité avant, i xntetftu«! une ligne tout à fait droite.  En raétoor de )a. possession d'une colle sera-JïlaijJ« à celle dts Aniétioains on e^t revenar pour Skê^mrock-IV à l'eniiplod du bois pour la fionitxlieti, de ses mâts creux. II en. aura oepen-dôttt un en acier sur les trois qu'il emportera en en plus <îe son « jury-ma-st ».  p,'<if^n-úíte du mat de foaiiine ave<j lc«].uoI Jl IravM'si lu r.\ilanl;(|i;,e. S'e-s màis sont dos « Miirc:)n'S » ou uiàls à p.ib.îe, su.ivaiit, la yainlo adOiijliiO <li'i;.iiis ouehme« armées pour les yarlds de C'»;n,^> jusqu'à 15 nièlres, les « Maveom.s » iii.stüllés Mir les m mi'Ircs n'a.yanl pas donné d'«'X.'<'ll'-n!s résultats.  Ce- m ils .?onl Í¡ai;il4's .e! bons poni' des ti'iuj)S lé.Li'Ci'.s. (N.'iuiiie ceux par li's'Hie!.s soiil presque ItMijnins di,s|:iiliM-s N's éi>jeu\<'s d^i la Coiqie. <.:e!ui ili-^ Sltoiin<ii:i,:-l\' au':;! '«S métros O-'t depuis le jxjiil. iusiiu'à suii <'xlr.'mili'; supérieure, ,1a-mai.s 110 eiiii.faiiieiil de lu Coiiiie. .iiifiiK' les !M) pi^Hls. n'a eu un mal de eellt; dinieu>ioi>. et, cepeiidau-,' Sianmock-lV' n'eht (pi'ii.u T.'» p.. «is.  Dès -a in!MV4.reau on va pousseï- aelivcmeid, l'arnu iiient iki Sinnnrork-IV pour ti"wlie;i' à !<• faire .pn.'udir ))árl ù l'épreuve <lu Nore ii Dou-vie.s, t; iiiin, où, pour la premiéie f-Ms. il si-re.n< i'¡it!* . .lit. avoi,' le pré<>',l<"nl .^^innnrurk et \VhU'--lli'uthcr.  La d'-k).'i.-e <le la (jou|)e de VAiiinica e.st préparée de raiili<> <-ôlé de l'Océan avei- un soin et u!i e!i';ain extra'«ivlin'aires. 'J'iois .vaclits oui. été couütiiiils pour eiioisir le meilleur el Tod-fWstMva» champion an>,'lais.  Le iwemier prêt a éié Renolutc, construit par « Nat » llerreshoff, de Hi'istol, luu-tew de« viof'>iieux defenders VifiUnnl eu 1893, UeifitplHt on Columbia en et HeUance eji 10Û3, sans compter Constitufion ei\ lilOI qui fut certaiiieiu'nit. .supérieur à Columiiiii, niai.s n«» fut î.as' eii"i.-i i)Our d''S ccnsidéialiDiis d'éqni-pap-rs.  li'C'soÎMte apparl.'ent à um syndieat, de membres du comité du New-York Yacht (^ub. Sa eo^ite »'.si en bronze ou manganèse. L'ossaturo (i^'l Re solute est du système longituilia«!. Reno-luh: qui fut laïKé le 25 avril l'evil été sans dout<.' u.u |)t'U plus tut, ii n'avait manqué une. par-lie dio ses tòJiìs (¡ui duiieu't être refuist-es cl i-em-plü^'*». O defender éventuel est monté jiar un «'•tpi.l«!^ de maj i.n-s n.;rr\égen.s ii.iduralk;é's Aiaérîcaàiis. On lui a c<)ns't'ru,it quatr«^ mâts <<iuvmi! j)our Shninrork-IW, eu un liois ])Iein uu on ai'ier deux en bois <'reux. lic^ohitr a u,in> dér«e el son tiiaiit d'eau < ••1 de ü m. 70 envirK)n.  i>> ,«:e.!>>ud lies d(>fen*1eis auieiieaiiis e.>t De-filini;; i j»i.-!ri::í à Hat!i éMaiiie'. puur un syn-ilieiit. dO! yat-lilsiueii <!.- Nc\v-^\,irk. l'IiikHÎfîphie et- Uostoii ; il a . !>• de.ssin<' par l'arehile- te iKurad William Gardner. Les mat- l iaux eiilraiit d^wid su,. iMinstrucliou sent mé^l-slliques c-.juiuie eeux ÚQ Hcxoiutc.  Ix» dernier des defenders auiérieaiiks mis à Ti^wi le 10 mai est le Vaui/tc, eonslruit à Ne-j>an6ei. pour M. Alexander (^xiirane. d'après ikis plaïïs de \l. (;eor^e.s Ovven : il <»st, eomme }>li.wnroek-t\\ ihi .système composite : membrures eu acier, 1 ordé eu bois.  .•\u mj^nenl où le Shamrock-lV va être mis à l'eau, :Oh <iisi.-ufe a-^sez vivement sur les con-ditioïki dans lesquelles aura lieu la Iravers'jo «ie îi'Oçéan ; on parle également des possibili-tit« rall^g»?anecs à lendrc par tel ou t»! dc-s eo»}mj'!r«its. O qui ne pourra être précisément oounu, qu'après les moiisuira^'es oflicie'ls. Lu atlend'aiit, la pré>{>aralion de Shanirtu'k-lV et. les essasi qui vont se poui-suivie des «leux cù-t<;>« do rocéan «x^mperont suflisamnient les yat^ilsjnen des deux mondes et les ci>mp(Hences i-e(¿>nun«s dont nous suivront les opinions pour les ra.pïwrl'or et les examiner.  Maui'ieo I.ONCi.F. --  Le capitaine Voisin  décoré  4» la Lésion d'honneur  Le ifénéral Bernard, directeur de l'Aéronautique militaire au ministère do la guerre, a quitté Paris hier soir, se ron-diant à Vichy, où il va visiter le capitaine Voi-;iu et le soldat Desdo, victimes d'un g-rpve accident d'aéroplane en se l'endant le mai, de Vichy à Lyon, après un magnifique raid aérien de 7.000 kilomètres ù troîvors la France.  Au nom de M. le minislni de la (!uerre, le général Bornai ù lélicilora les aviateurs de leur ïamhuinée ; il annoncera au cai])!-taiui- Voisin sa nomination uu urado do cho\a!ror de la Légion (riionut.'ur, el au soldai Desdo sou inseription pour la iné-diaiil'î militaire, a\ec nouiination immé-dialo.  Propos en rflir  .i^îTôe buftnc ^.militaire.  Par décision de F arman à Goiuguenhcim,  ïccruc î:om l'aéronauiuiuc  ba Targa Florio  Céirano, sur voliure fCUM*. paws Dunlop, prend la premièré plábt 0« la deuxième  étape et la  la ^emière place seffièDt gèttinL  du clas-  minli^térielle, l'c-^L-chcf pilote Etamncs, rcxcellcnt Pierre ex-rccordman de la hauteur avec passagers, ot qui avait formé de nom .bif^ux élèves militaires, vient d'être affecté l'c^cadrille H F 13, uu camp de Ch;Vion.s, sftus 1« commandement du lieutenant Pro-Villiar^.  T c baïoil Shigeno, cx-pr0fc-.icur de l'éi oie ju d'aviation militaire du Japon, et invcn-<ç'ur du biplan que l'on pouvait voir, il y %.dcux ans, à Issy-les-Moulineau.x, vient de ¡ueycviir en France afin de se rendre conipt«î de? prozie- réalisl>s en aviation depuis ron lii'lK.rt.  * S.-.Ns Fil.  LE GLAMEMBNT GENERAL  1. CEIRANO, Mir voiture SCAT, pneus DUNiLOP, en 16 h. 51 m. 59 s. 4/5.  2. Gloria (<Jo Vecciii), 18 h. 42 m. 30 s.  3. Loptz (FiatL 19 h. 45 m. 10  4. CoToittbo (Sifet), 19 h. 46 m. 52 e. 3/5.  5. Lucca (EHta}, 19 h. 59 m. 20 s. 2/5.  6. Corte.«e (INazzaro), 19 h- ;)9 m. 44 s. 2/5.  La deuxièine éiuf>e de la Tai'ga Florio <{ui s'est dispii««» hier a été l'oeeasioii pour t^irano, sur voiture SCAT, pneus l>milo4>, de reno'uwlear sa belle victoire de la pru-fuièrc.  Ceirano qui, faopeiims-le, avait déjà  remporté la Target Florio en IWl, s'e«t assuré ainsi de bdi<3 façon la première piace d'U olasseineint général avec une avance do près de deu.x heurcis sur son second, Gloria.  Gejr-ano a également largennent ^aflu ics temp's eiTevlnés l'an dernier.  Assoeié étroitement ù la viclolie de Céirano on peut être heureux de con»luler »celle du pneu Dunlup. Le iondatcur (Inj l'industrie du pneirmaticiue, se devait de remporloi lu pn-inière girando épreuve automobile de vitesse de Tannée et son beau triomphe /iKMnrol de bien ar^'urm- <!c l'avenir,  Sivocci, Nazzaru et Marsaylia, qui pouvaient encore esjiérer à la première place, furent éliminés par um^ liuigno insensée ; ils prendront leur revane.he. Le clu^^e-ment de lu secondo élapt; s'est établi ainsi : *  1. Oiirano, ..sur voiture SL \T, pneu.s Dunlo)>, en 9 h. 11 ni. ôi) s. iin.  2. Gloria (de Vecchi), 10 h. 2 m. 53 s. Luee,!i (Blka), 10 h. 34 m. 42 .s. l/.").  4. Lopez (Fiat), 10 h. 50 m. Ti. Colombi» (Seat), 11 h. 10 m. s. 1 .'). (i. (Cortese (?Naz/.iiro), 12 h. 2 m. 11 s. 2/5. Le palmarès de l'épreuve 1W6 -- 450 kilomètres — L Cagno (Hiala), en 9 h. 32 ni. 22 s. ; 2. (Vra/.iano (Itala) ; 3. Ikvblol (lierliet).  1907 —- 450 kilomètres — L ^iazzaro (Fiat),  en 8 h. 17 m. 3t'» s. ; 2. Lancia (t-'iat) ; 3. Fabrv (îtalal  1908 — kilohièlres — ï. Tiium o ^l>ol.tu-  Fra-schini), en 7 h. 40 m. 2fi s. ; 2. Lancia (Fiati; 3. Ceiiano (Spa). 19t>J — 150 kilomètres — L Ciuppa (Spa), en 2 h. 39 m. 10 s. 1/5 ; 2. Florio (Fiai) ; 3. AiroUii (Lancia).  1910 — 3<X) kH<>niètros — L Cariolalo  (FraiHîo), en 6 li. 20 m. 47 s. 1/5 ; 2. Pm.sperio (Siu:ma).  1911 — 450 kilomètres — L Coirano (Soat\  en 0 h. 32 rn. 22 s. ; 2. Coite'.se (Lancia) ; 3. Soldatenk.dï .M«--cédès).  1912 — l.!".")0 kiicinètr. s -- L Snipo Se.il\  en 23 h. 37 m. 10 s. 4/5 : 2. (', .-retto (Lancia); 3. Giordano (Fiat).  1913 — L05U kilomètri's — L Nazzaro (Naz-  zxn'o), en 19 h. 18 m. to s. 1/5 ;  2. Marsaglia (Acinila-llaliana) ;  3. Gloria (de Vecchi).  1914 - 1.0.50 kilomètres — 1. Ceiran«»  i.Scat), en 16 h. 51 m. 59 s. 4 5 ; 2. Gloria (de Vecchi) ; 3. Lopez U'iat).  H seuiWe qu'il n'y a plus d'espoir à Fheure actuelle de retrouiver Haniel en vie.  L'infortuné aî^iateua' a dd, nialhoureuse-ment, périr en mer, victime de la panne fatale ou de s-a témérité.  Toute la journée et la nuit d'hier, des bâtiments de guerre ont parcouru la Manche et la mer dn Nord, mais ils n'ont pu i>etrou<ver aucune trace d'Haniel.  Le brouillard, le vent de tempête ont certainemeint eu raison de celui qui a voulu les braver 1  Due seule lueur d'espoir reste eiieoi'C au cœur de ceux qui furent ses amis ,.t qiui ne peuvent croire à la trop terrible nouvelle, c'e»t que Hamel aurait rencontré, comme nou« le di-sious hier, une bai-qiue de pèche, qui l'aurait i-ecueilli et conservé ù son bord.  Celte po'ssibililé, disous-Ie, est bien problématique et il paraît certain «jue finior-tuné Hamel a eu le sort do Ceeil (ii o'e et de Dag-ue l Le premier se perdit dan« la mer du Nord au mois de dccenibre 1010 et le second dans la Méditerranée en juin l'année boiivante.  Jumais on ne retrouva les deux corps !  llainol, ijui avait (initié llardtilol à 13 h. pensait èlie à Heiulon vers 15 heures, c.'osl-;Vilire ù temps puur W « Derby aérien 0. Il avait il ailieuis adie--a^n i( (jnihamo While Fiyiu- jjiruuiui v un lélégrainiutî iluus ce sens.  Une coïncidence navrante e-t que Ir valeureux llamcl parili pour lli'ndou maljre le nKVUVai.^ leiuie^ qui re-ir. ii. à Ci.ii-e tie l'eingagemenl (¡ni latten.lait là-i-a»... et la cour.-rè n'eut pas lieu 1 11 <'sl certain ipie s'il l'avait apprit avant .-ou départ, il n eùi pas quitté Haidelot.  Deux h\polliv-es sunt envi-agéos : 1" ^ue ra-viateur ait eu une panne et aiuì^i se soit noyé dans la Manche ; 2" Qu'il ait perdu sa i-oute ù cause ilu brouillard, ait pris la dii'ection de la mer dti Nord et son essence- épuisée, (ju'il soil tombé à l'oau.  L'appareil qu'il pilotait n'était pas muni île llotteu.rs et étant nn lyi>o spécial de course, il n'aura pu séjourner plus de quelques minutes au-de^ssus des Ilots !  La carrièi« du vaillant pilote était déjù louigue bien qu'il n'était ûgé q'ue de 25 ans tà peine. Ancien étudiant «le Canïbridge» il apprit à piloter à Pau, en janvier 1911, à t'écde Blériot. Il st^ fit bien vite ivuvarquer par sa maîtrise, son couraft^N son .sangfroid... Mais bien souvent aub.si potvr sa eonfi-ancc en lui et méiue pour sa témérité.  11 fut le plumier avjateur, eai Angleterre, <|ui aecoini|)4tt un serx'ke po.>4td ué^ rien officiel. 11 réussit le jireini^'r la tra versée de la .Manche avec iKis.v.agi>pe. U jjagna maintes épreuves, tant à Brooklande;  qu'à Hendou. 11 était aux deux aéroilromef l'idole des haibitués et on ¡^ {»laisail outre-Manche à ra'[>peiler 1 « Lriglis'h Ganos d.  11 gagna, l'an dernier, le Derby aérien qui se disputa le 20 sopteadH^s a>uiit dû ¿tre remis à cause dune ordonnance do police.  IJ participa en 1911 à 1» Goupe Goidon-Bennell d'aviation, qui fut gagnée.; par Weyfliann. Hamel n'avait p.: terminer le parcours, ayant été arrêté par un uccideut grave, lo plu-s séneu.\ d'ailleurs do toute sa carrière.  Hamel était devenu un véritable virtuoM du fl looping t étant le secimd aviateur ang-lois ayant réu'^si cet c.xercice. H eiimtena ù ses côtés le- pIus grandes no-tal)ilité's. anglaises et étrangèroks. To-ut dernièrement, sur la demande du roi George V, Hamel vint ù W indsor donnop aux royaux habitant- <lu chideau, une cx^u-bition deâ c.vercices de naute coolc dont il était coutumier. H y a (piekjucs jours, ïA avait bouclé la boticle uvoc M. W inston OiurohiU.  Haimel venait de s'engager officiellemcnl pour tenter la traversée de r.\Uantique en août prochain sur un appareil .sjiéciale^ ment construit à cet effet.  « Gentleman • dans toute l'ucreption du mot, HameJ 'Comporto avec lui les re-  y^rots de toute r.\n^leìe^rro. — /'. Juciueg. ----  TT). Clément-Bayard  arrêté comme espion en Allemagne  il \ic;il d'aiiiv.jr i..; .Mle.'ua- .■ . uj grand consti Ufl,.■m iianral^, .M. (.lenieiit-IJavaid, foniutaii'ii'ur Uu la Légiv'i il hon-in'Ur, uii'' avenfuie iiiv i a.ir.cnibiab;', .;iii a UiuduiL la. j^iiis iùv-iit. iiij¡jrc.--i"ii cu l'ranoo.  l'ait pii.^otiiuer et lui.- '"¡i [iìì.-uì:, >a!JS lO ni.'iiniic inotii, .M. (.;i''ni.'nt-l',ii\ai <1 ru-♦•.*ialc ain.si te liés ii.;;reUai):c :  (; >>ous aV(Uis e('.' eiieiv- eu .Mieoiaguc, doux iligoiiieurs, Iü'Uc iu ciiuele ti luoJ, nous avoijs ole louiueo, ínvciio¿;. uioii-  suiCS, pliuiu^iupiilw.-, uñó OU cciaUL, liai-  ICs avec une mvi cui^.-mij.a.i.ue brniaaie, pane q.:ie jioiis avi^'us vu uucii.i JU /-cp' i'LllN, jucs Ue L.o!'i;^:¡l. .  .1 Auus a\:on.s lac lì. • »/'U.'  lîLuUlt'l- une uiiauc UCo Aliitie.jcUUlCif^ puisqu'il .-j agi.-sail Uc lauriquer uu ù Ü ir. iü coiumcs ic luciic cut»e.,. Le n'é--ail pas un voy vige U aureuieul J  n \uUó liüU.'i et.oii.-j aiic.co U.ii.ci 1..1 U-S-  tauiunt d'où n.jus as^istioiu, ¿iu\ evoiu-tiuii!» d'un /.cppeliu tl uuuô ue nous liuu« vions iiulltnicul sur uü ienaiu iiu!:Uiuo, lorsque quutio puiü.ieio i.uuo im.lej jii à .suivre.  M Co íal aluiS 11'..; c^'tiC ù*.: Vt; |Hl;t;iis< .•i Ou iii'iijî.'i : ' j enJvOi  iieJJt..-. Il' dclJiUlit i lii e.'; V i;u lu iiii.s jjiîi.lùiLins. ^..'i.ij.i'^  u:ieuce.s, ».-¡1 \aiu viU.. le li,  des n;ai5)'Jiio UiloUi.iUu«..-! j'eull'ellciis les plus t^.i.iUques a'alluu'es. Un ¿eiileiaii .1 nie t;;u;« i • ¡i espion. 11 lue lut iiièiiie iulenlit Ueiivu^.-f un lologruiiiiuo à nia iaioi.ic ¡.uu. '¡a cilu ne s nii¡u¿ctút  <« PeiKlaul llente-.-i\ h- er --. je k;- lioili"« m avec Iluis U'^au cl ¿e cu:;iiu.-> io;¡-  tes h.'s doueour¿ Ue : alleuiaua.v  M Ln auU e e^^eiuii:,- q monti t i .1 coii\-bioii ils uerui^luiueiiî avec ieuro lusloii'c.-ii d espioiiiiag¡o. J"ü\ai.- Ueuiaudc a vi.-ile.- ij4 hangar de la niai.-ou aiieiuaiide .Si.ntcus:. .^chuckeil; cette visite luavaiî eîé leio^n» parce qu il y avait a -e ¡lu niení im .iju-;.'cablo iiiiiitaiic úuu» cdíc niai.-.11. voici co qji.,- je reroi.- ee inaiiii ; w ■ N îuô par laquclio uu a c^cu^ ùc u avou i^a s^. li.síaíre mon desir... cl uü album ues photoiiiapiijcs iue.\i.,u.-LJi. uc..a.l tout eu que ioii lie vuulau j<as me Uib^-er vuir.  a 11 y a évideiiiuieiit ui>.e uuaiuc .'utia leurs ias^jus et les uùUeb. L'anuee dor' mere. l(U-.sciU0 raviaUur alieiuauà l icidc-nch vola de Uerlin a l'ari.-, je nn:, a .-a disposition mon arropare dl->\-l-s.\i.)ijli-neuux et mon porsounel uavn."i'. a ooii dû part, col aviateur im ucuiauua i ad.iilioîi. Je lui lepundîs i¿ue ui-u ¡aitle \uuUut ivsier gracieuse ou  Allemugno, Freidei:cL lue leineuia i-ur Câ lelétíranniic : .. Mous ca\uyt.ii.- reiiicivic-. rncnts poar jiospitaliîe giaei. Kmpor-tons meiTIeur scuvl;:;ì ..> ;a 1 , ,i vj^ ses habitan;., o. -:, v : ■ . ; . a 1.1 ¡uvioieiv iKca-.. h. , Uc-anucr \ dire à ii:ie u«: i c, a;;. :,r:.  guani à moi. inaî-i., t....-,, Unu^ volonté poï^sible, je ue p-Ls QUO J oniii.M to le mei lomagn. .'t do srs 1  Il e.-5¡. Uieouii>i eli. qn'uiii' jnM .-oi;!!;!:i i •M. CI.'iie'al-Lî i-, ui.i.  f.U'Oü à 1 e I l'i;;!  Ir iih'J siti ■tu ii-ii troeK u. 1. I. .,,1:-, lijeiú à L¡..--:ii¡:: !• lé|.inndU a-ix ¿..t'ai " ..'i- Ui.- /.. eol!n!o.  Imi maïaèie d.- p!v',-:.i(¡^i:. M C!, uioul-JJavard .s'l-î rendu l¡ rr apr. s-niu'; a i mi-iii.^-^tùro des .\itair>'s ¡ n-.iis i|  n'a pu l'encoiilier M. 1 »oumeii^n.-, (|ui ••tait  momoutanéiiuMiL aident. L est" i...........  ment d^Vidc ¡\ dcinaiulei la réparatifoi qui lui est due.  L'iiidii.-ilrio privée lui a luit, toufrfoià, bon ULVuril, ot M. CAiii.iit-noyard a pu visiter nolaimih'iit sur la eùte, un '(Uiti-e (lo dirigeaM.'.s fu.int quatre .üi.inds  liangais démontable.-, ditia,'.s ver's l'An-lili't-'rre, et éelulonîié.' sur une distanci^ 4« doux kilomètres soii'emenf.  di'U \ e du  /.-i irÜL.S i L utUoU.-í  -i i.i.u.aii  .di  ai  1 ! : , i :  i .Vl-  -Mble  .nil* d'.me  ' 'II is  ■-. ■ 11 s-:. ilJO--'l'id .ht : s en  AUJOURD'HUI  Courses à Saint-Ouen  Piii- du Uv'c'nt. — Qai, l'rbin 1.  Pn.r lie Ui .<11 luii '. — Ail>;m.iis,  r ir ih' lo ¡'II,)!'!,'. I.e \l^v.^t;.r. .Mguio.  niir kiHnriLi'ii. M >»;(iî e r.liíduiio»,  J>:,.r .ir í.j - S H'!i, in. rn.f den Itnssitnt. — .M lîliv Chablron, ma;;«   

From 1607 To The Present

Once upon a time newspapers were our main source of information. Now those old newspapers are a reliable source for hundreds of years of history and secrets of the past. Now you can search for people, places, and events without the hassle of sorting through mountains of papers!

Growing Every Second

Newspaper Archive is the world's largest online newspaper database featuring over 130 million newspaper pages. Plus our database expands by one newspaper page per second for a total of around 2.5 million pages per month! The value of your membership grows along with it.

Genealogy Made Simple

Those looking to find out more about their forefathers can empower their genealogy search with Newspaper Archive. Within our massive database, users can search ancestors' names for news stories and obituaries. We must understand our past to understand our future!

Choose the Membership Plan that is right for you!

Unlimited 6 Month

$99.95 (45% Savings!)

Unlimited page views for 6 months Learn More

Unlimited Monthly

$29.95

Unlimited page views for 1 month Learn More

Introductory

$9.95

25 page views for 1 month Learn More

Subscribe or Cancel Anytime by calling 888-845-2887

24 hours a day Monday-Saturday

Take advantage of our Introductory Membership offer and become a member for 1 month only for $9.95!

Your full introductory membership payment will be credited toward the cost of full membership any time you choose to upgrade!

Your Membership Includes:
  • 25 page views for 1 month
  • Access to Over 130 million Newspaper Pages
  • Ability to View, Save, and Print
  • Articles featuring over 100 million people
  • Weekly Search Alerts - We search for you!
  • & Many More Features!
Subscribe for a Monthly Membership only for $29.95
Your Membership Includes:
  • Unlimited Page Views
  • Access to Over 130 million Newspaper Pages
  • Ability to View, Save, and Print
  • Articles featuring over 100 million people
  • Full Access To All Content including 10 Foreign Countries
  • Weekly Search Alerts - We search for you!
  • & Many More Features!
Subscribe for a 6 Month Membership only for $99.95
Best Value! Save -45%
Your Membership Includes:
  • Unlimited Page Views
  • Access to Over 130 million Newspaper Pages
  • Ability to View, Save, and Print
  • Articles featuring over 100 million people
  • Full Access To All Content including 10 Foreign Countries
  • Weekly Search Alerts - We search for you!
  • & Many More Features!

What our Customers Say:

"It is amazing how easy and exciting it is to access all of this information! I found hundreds of articles about my relatives from Germany! Well worth the subscription!" - Michael S.

"I love this site. It's interesting to read articles about different family members. I've found articles as well as an obituary about an uncle who passed away before I was born, and another about a great aunt. It's great for helping with genealogy." - Patricia T.

"A great research tool. Allows me to view events and gives me incredible insight into the stories of the past." - Charles S.

Search Billions of Newspaper Articles 130 Million+ Pages and More Added Weekly!

Uncover 400+ Years
of Newspaper Archives
(1607 to today!)

Browse by Date

Research Newspaper Articles from 11 Countries
& all 50 U.S. States

Browse by Location

Explore 6,200+ Current &
Historical Newspaper Titles
and Counting!

Browse by Publication